Pour apaiser sa relation avec son corps & son alimentation.

Cette approche s’appuie sur des fondements scientifiques reconnaissant que l’obésité est une condition multifactorielle dont la solution ne peut être unique.

Les contraintes inhérentes aux régimes perturbent les mécanismes de régulation du comportement alimentaire favorisant le développement de différents troubles psycho-émotionnels comme la restriction cognitive. Elle est considérée comme la complication la plus courante de la pratique des régimes amaigrissants. 

Etre en restriction cognitive, c’est tenter de contrôler son alimentation par un effort de volonté, dans le but de maigrir ou de ne pas grossir. Cet effort est très difficile à maintenir dans le temps. L’état de RC provoque ainsi frustration si le régime est respecté, culpabilité s’il ne l’est pas, et risque d’induire une prise de poids ou une impossibilité à en perdre.

Tous les régimes, équilibrés ou non:
  • Induisent une reprise de poids bien souvent supérieure à la perte,
  • Aggravent les complications médicales liées au surpoids,
  • Entrainent une mésestime de soi renforcée par les échecs répétés et quasi systématiques de chaque tentative de perte de poids,
  • Installent des troubles des conduites alimentaires ou les amplifient.

Une approche BIO PSYCHO SENSORIELLE

Plusieurs domaines sont principalement concernés dans les problématiques liées au surpoids :

Le BIO : les avancées de la recherche montrent qu’il existe des mécanismes biologiques multiples impliqués dans la régulation du poids.

Le PSYCHO : la difficulté à supporter certaines émotions négatives peut conduire à des réponses alimentaires. Si ce mécanisme se répète régulièrement, il risque de provoquer une prise de poids ou une impossibilité d’en perdre. La culpabilité que peut éprouver le mangeur en restriction cognitive à consommer un aliment qu’il s’interdit, fait aussi partie des émotions négatives pouvant conduire à manger trop par rapport à ses besoins.

Le SENSORIEL : les mécanismes de régulation s’expriment par les sensations alimentaires de faim, rassasiement et satiété. Le respect de ses sensations permet de conserver ou d’atteindre son «set point», c’est-à-dire son poids « naturel », dont l’un des déterminants est génétique. Notons que ce «set point» peut augmenter, et ce de manière irréversible, par une hyperplasie adipocytaire, notamment induite par les régimes.


Pas de remède miracle, mais l’abandon de la conception diététique classique au profit d’une approche basée sur trois axes : 

La restauration de la perception et du respect des sensations alimentaires (la faim, les envies et la satiété)

Un travail sur les envies de manger, les craquages, les pertes de contrôle, les crises de boulimie ou d’hyperphagie

Un travail sur l’estime de soi