Comprendre les étiquettes des produits alimentaires revient parfois à essayer de déchiffrer des hiéroglyphes, c’est juste incompréhensible et décourageant. Faisons le point ensemble sur les 3 items à ne pas louper:

1. La liste des ingrédient

La liste des ingrédients devrait être la plus courte possible. Si ça vous prend plus de 10 secondes la lire, passez au suivant ! De même, si vous n’êtes même pas capable de prononcer certains ingrédients, passez votre chemin !

Les ingrédients sur la liste sont aussi indiqués par ordre décroissant de poids contenus dans l’aliment. Ce qui veut dire que l’ingrédient contenu en plus grande quantité figure au début de la liste, tandis que celui contenu en moins grande quantité figure à la fin de la liste. Alors si vous voyez « sucre », « huile de palme » ou d’autres variations sous le même thème d’ingrédients en premier sur la liste des ingrédients, vous savez quoi faire!

Le taux de sucre

Ne regardez plus les calories mais la quantité de sucre ! La première étape est de regarder simplement s’il y a du sucre dans la liste des ingrédients.

Le sucre peut se cacher derrière plusieurs noms :

  • Saccharose
  • Sirop de riz
  • Sirop de maïs
  • Sirop de malt
  • Sirop d’orge
  • Sirop de fructose
  • Etc…

Les industriels ont la mauvaise habitude de mettre du sucre partout. Pour connaître en un coup d’œil la quantité de sucre utilisée dans l’élaboration d’un produit, vous devez regarder dans la case des valeurs nutritionnelles. C’est la ligne “dont sucres” en dessous de “glucides” qui vous indiquera la quantité de sucre (souvent du sucre blanc) qui a été ajoutée !

2. Le % des apports journaliers recommandé

Le % des apports journaliers recommandé (AJR) – les petits chiffres en pourcentage complètement à droite de l’étiquette – est calculé en fonction de l’apport quotidien recommandé et les normes de références en France selon chaque nutriment. Cela nous indique si une portion contient peu ou beaucoup de l’élément nutritif qui nous intéresse.

5% c’est peu   |   15% c’est beaucoup

Ainsi pour le sodium, les gras trans et les gras saturés, si le chiffre est plus haut que 15% c’est beaucoup trop! On repose donc gentiment le produit où on l’avait trouvé et on en prend un autre, meilleur.

On privilégie, lorsque c’est possible, ceux qui ont plus de 15% de protéines, de fibres, de vitamines et minéraux.

3. Les allégations

Ne vous laissez pas avoir par un packaging indiquant « Réduit en sel, en sucre, biologique… » qui nous donnent l’impression qu’il s’agit d’un produit bon pour notre corps.
Soyez vigilant et prenez donc bien le temps de regarder ces petits détails sur les étiquettes de vos produits.
Notre définition du mot « santé » est souvent bien différente de celle de l’industrie alimentaire.

Voici quelques-unes des mentions les plus couramment utilisées:

Les allégations liées à la fabrication du produit

« Naturel » Le produit doit être issu directement de la nature ou n’avoir subi qu’un traitement léger (pasteurisation, refroidissement), mais sans additifs, ni résidus, ni corps étrangers.

« Frais » Le produit doit remplir trois conditions : avoir été fabriqué depuis moins de 30 jours ; présenter au moment de la vente les mêmes caractéristiques qu’à la production ; ne pas avoir été conservé grâce à l’emploi d’un traitement (excepté la réfrigération et la pasteurisation) ou l’addition de conservateurs.

« Nouveau » La mention peut uniquement être utilisée lorsqu’un produit existant est modifié de façon substantielle.

« Pur » Mention réservée à quelques produits comme certaines huiles, boissons à l’orange, miels…

« Maison » Le produit doit être fabriqué sur le lieu de vente, à partir des ingrédients de base composant traditionnellement sa recette.

« Artisanal » Le produit est élaboré par un artisan inscrit au répertoire des métiers. Méfiez-vous de certaines allégations, comme « fermier » ou « campagne », qui ne font que suggérer une fabrication artisanale.

« À l’ancienne » ou « traditionnel » Le produit doit être fabriqué selon des usages anciens répertoriés. Il ne doit pas contenir d’additif.

« Du terroir » Le produit est fabriqué à partir de matières premières issues d’une aire géographique restreinte.

Les allégations liées au contenu nutritionnel du produit

« Faible valeur énergétique » L’aliment contient au maximum 40 kcal par 100 g ou 20 kcal par 100 ml. Pour les édulcorants, la limite est fixée à 4 kcal par portion, avec des propriétés édulcorantes équivalentes à 6 g de saccharose (1 cuillerée à café de sucre).

« Sans sucre » L’aliment ne contient pas plus de 0,5 g de sucre pour 100 g ou 100 ml de produit.

« Allégé en sucre » L’aliment contient au minimum 30 % de sucre en moins qu’un produit similaire.

« Sans sucre ajouté » Le produit n’a pas reçu d’ajout de sucre lors de sa fabrication, mais il peut en contenir naturellement. Dans ce cas, la mention « sucre » n’apparaît pas dans la liste des ingrédients.

« À teneur réduite en sel/sodium » L’aliment contient au minimum 25 % de sel en moins qu’un produit similaire, mais il est plus salé qu’un produit « pauvre en sel ».

« Pauvre en sel/sodium » L’aliment ne contient pas plus de 0,12 g de sodium (soit 0,3 g de sel) pour 100 g ou 100 ml de produit.

« Sans sel » L’aliment ne contient pas plus de 0,005 g de sodium pour 100 g ou 100 ml.

« Sans matière grasse » L’aliment contient moins de 0,5 g de lipides pour 100 g ou 100 ml de produit.

« Allégé en matières grasses » L’aliment contient au minimum 30 % de matières grasses en moins qu’un produit similaire. Mais attention : un camembert, même allégé, reste plus gras qu’un yaourt nature !

« Faible teneur en matières grasses » L’aliment ne contient pas plus de 3 g de lipides pour 100 g, ou 1,5 g pour 100 ml de produit.

« Faible teneur en graisses saturées » La somme des acides gras saturés et des acides gras trans (ceux qui produisent le « mauvais » cholestérol) contenus dans le produit ne peut excéder 1,5 g par 100 g ou 0,75 g par 100 ml, et ne peut produire plus de 10 % de l’énergie.

« Source de protéines » Les protéines représentent au moins 12 % de la valeur énergétique de la denrée alimentaire.

« Riche en protéines » Les protéines représentent au moins 20 % de la valeur énergétique de la denrée alimentaire.

« Source de vitamines et (ou) minéraux » Les teneurs de l’aliment en vitamines et/ou minéraux représentent au moins 15 % des apports journaliers pour 100 g de produit.

« Source de fibres » La teneur en fibres est supérieure ou égale à 3 g pour 100 g, ou à 1,5 g pour 100 kcal.

« Riche en fibres » Le produit contient au moins 6 g de fibres par 100 g ou au moins 3 g pour 100 kcal.

« Riche en vitamines, minéraux, fibres… » L’aliment contient au moins deux fois plus de vitamines, minéraux, fibres… que les produits reconnus comme sources de vitamines, minéraux, fibres…

« Enrichi en vitamines et (ou) minéraux » Il s’agit d’un aliment « source de vitamines et (ou) de minéraux », auquel on ajoute une part de vitamines et (ou) de minéraux. Pour le moment, il n’existe aucune limite réglementaire à l’enrichissement, mais les spécialistes en nutrition s’interrogent sur l’utilité de cette pratique car, dans les pays développés, peu de personnes souffrent de carence en vitamines ou en minéraux.

« Enrichi en oméga 3 » Sont concernés les aliments dont la teneur en oméga 3 est augmentée d’au moins 30 %. Si notre alimentation est souvent déséquilibrée en oméga 3, il faut toutefois faire attention à ne pas tomber dans l’excès inverse en consommant trop d’aliments enrichis avec ce nutriment, d’autant qu’il est présent naturellement dans les poissons gras, l’huile de colza, etc.

« Réduit en… » La réduction de la teneur doit être d’au moins 30 % par rapport à un produit similaire, sauf s’il s’agit de micronutriments ou s’il s’agit de sodium ou d’équivalent en sel, pour lesquels une différence de 25 % est admissible.

« Allégé/light » Le produit doit remplir les mêmes conditions que celles qui s’appliquent aux termes « réduit en… » ; elle doit aussi être accompagnée d’une indication de la ou des caractéristiques entraînant allègement.

Bibliographie: http://sciencefourchette.com https://www.60millions-mag.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.